Browse By

GUDIN : le discours ambigu de l’ex-Président de l’agglomération sur la conservation du bâtiment de l’horloge par Nexity

Lors du débat sur la vente à Nexity du 29 mai 2019 pour 1€ du bâtiment de l’horloge,  il y a eu de nombreuses ambiguïtés qui ont poussé notamment M Dupaty à exprimer son désaccord sur le projet de Nexity / DOMITYS et la résidence “La Jonque”

M Dupaty ne cautionne plus le projet de Nexity

M Dupaty lors du conseil d’agglomération du 8 septembre 2020

«Je regrette que l’avis qui a été donné à l’architecte et à la société Nexity n’a pas été suivi d’effet. C’est dommage, il y’avait un avis architecturale qui a été émis. Cette Décision a été prise en dehors de l’avis de l’agglomération !»

Le discours ambigu n’est pas dans le procès verbal

Lors du débat pour la vente à 1€ du bâtiment de l’horloge à Nexity le 23 mai 2019, de nombreuses déclarations ambigües ont été faites que l’on ne retrouve pas dans le procès verbal.

Nous avons enregistré la vidéo et retranscrit la majorité des échanges du point 52 sur la vente à Nexity du bâtiment de l’horloge pour 1€ symbolique.

M HAGHEBAERT : Une petite observation : car je ne vois rien concernant les prescriptions architecturales. Ce serait quand même bien que l’on puisse s’assurer que le bâtiment s’intégrera bien avec les autres constructions qui seront réalisées par la suite. Et je pense qu’on devrait quand même avoir une contrainte par rapport à Nexity sur ce plan-là afin de s’assurer que l’architecture est bien conforme à l’intégration avec les autres bâtiments.  

M DIGEON : “ Alors moi je voudrais apporter quelques précisions, avec Jean Pierre Door, Carole Butor, Gérard Dupaty, nous avons participé à ces comités qui ont eu lieu depuis une dizaine d’années, depuis 2009 jusqu’à récemment. Cet inventaire qui avait était fait entre la résidence de personne âgée de Nexity était une demande permanente de leur part, au départ ils voulaient se mettre sur la colline vers l’AFPA. On leur avait dit non, il y a assez d’immeubles sur la colline, ça suffit, et ils avaient donc demandé un terrain d’assiette de plus de 9 000m2 à l’époque qui était prévue dans le bâtiment de droite de la cour, c’était consommateur de beaucoup d’espace. Donc ça, je trouve que c’est une bonne solution finalement qui conserve un des trois bâtiments qui était le bâtiment le plus compliqué et le service du bâtiment se ferra par la rue de 82ème régiment de l’infanterie, à l’arrière. La ville de Montargis a acquis depuis une dizaine d’années un certain nombre de terrains qui préparaient l’entrée ouest de ce site qui était avec une entrée sud et une entrée est. Là on a finalement une troisième entrée qui se profile plus une quatrième qui sera probablement au nord un jour. Alors ça s’était déjà dans les tuyaux et on l’avait évoqué d’une manière d’abord publicitaire, mais très très très ouverte et tout le monde était bien au courant qu’il y avait Nexity, y avait la salle de spectacle, y avait des hôtels et voilà et c’est tout ce que nous avions et puis peu à peu le projet du CFA est arrivé. Des offres sont arrivées qui sont très intéressantes. Alors là aujourd’hui on a ce projet de conserver le bâtiment central auquel Jean-Pierre Door attachait une importance particulière et avait fait des promesses un petit peu on va essayer de faire ça. L’ABF (architecte des bâtiments des France) que l’on a vu lundi dernier pour d’autres dossiers a abordé ce projet de la caserne et a trouvé très positif que l’on conserve l’esprit du casernement donc on a une phase très positive et avec Gérard Dupaty on a suivi ce dossier de manière permanente, un peu lassante parce qu’il y a eu une discussion interminable avec plusieurs sous-préfets et on est arrivé à un résultat qui est quand même 750 000€ pour l’ensemble, ce n’est pas une solution qui est absolument idiote, c’est un prix d’équilibre qui est quand même bien. On était à plusieurs millions à un moment. Et on est arrivé, Frank Supplisson avec Jean-Pierre Door on réussi à faire revenir l’état dans des conditions intéressantes. Et je crois que le prix qui est payé et quand même un prix qui est raisonnable.

Gregory GABORET : Je voulais juste répondre à Benoit, je ne suis pas intervenu sur le prix, Benoit. Ni sur la destination de ce site. Je précise bien que je parle de la cohérence globale du projet avec l’implantation d’une résidence sénior confronté à des espaces destinés au public du matin au soir très tard.

Frank SUPPLISSON : il n’y a pas d’autres commentaires ?

Madame GADAT-KULIGOWSKI : Je voulais savoir, il avait été question d’implanter un parking, est qu’il aurait été pas plus judicieux de commencer par ces travaux qui, je suppose que votre parking ne va être qu’au sol, il va être souterrain, plutôt commencer par ça avant de faire une construction derrière d’une maison de retraite ou toute autre construction.

Frank SUPPLISSON : Est-ce qu’il y a d’autres commentaires ? Je note au sujet du parking.

Bon, la réponse globale en commençant par M Nottin. C’est un projet qui arrive aujourd’hui, pourquoi est-ce qu’il arrive aujourd’hui, parce que c’est un projet qui a 10 ans. Il arrive aujourd’hui parce que maintenant on est propriétaire et l’état ne pouvait pas lui-même vendre bout par bout, il a pris le parti de céder la globalité à l’agglo. Et tant qu’il n’était pas d’accord avec l’agglo, tous ces projets-là étaient bloqués. Le projet dont on parle il arrive aujourd’hui, il a été vu en commission. Gérard Lelièvre l’a présenté dans sa commission urbanisme. Mais c’est un projet qui a été inscrit, la résidence service personnes âgées est citée dans l’intégralité de tous les rapports sur Gudin depuis 10 ans. Et le plus gros opérateur de résidence service, qui est le premier promoteur français, et M Nottin a raison de dire que c’est une entreprise qui se porte bien. Mais c’est vrai que dans sa bouche c’est une critique. Mais on ne peut pas reprocher à ce plus gros promoteur français d’être porteur de ces projets de résidence service personnes âgées, ça représente 120, 140 logements et donc maintenant que l’agglomération a pris la propriété, bah ils se retournent vers nous et : Est que comme prévu on le fait ? Ou : est-ce que ce qu’on a dit depuis 10 ans, est-ce qu’on le fait ? C’est la question qui est posée aujourd’hui. C’est-à-dire, on a toujours dit qu’on faisait une résidence sénior service-personnes âgées là depuis 10 ans. Et dès que l’on serait propriétaire, on l’annoncerait . Bon ben maintenant on est propriétaire, est-ce qu’on le fait ?
Il y a une première promesse à signer sans indemnité après quoi on se verra avec les études réalisées par Nexity qui va montrer comment il conserve la façade, comment il conserve l’unité architecturale et le débat avec nos 3 cabinets va être extrêmement intéressant, parce que la conservation de l’identité architecturale du site, me parait, comme l’a dit Jean Pierre Door et Benoit Digeon un élément clé, la capacité à conserver la façade du bâtiment de l’horloge, avec l’horloge, avec ses étages avec la symétrie et un élément clé, et vérifier la capacité de Nexity de proposer un projet conservant ces éléments architecturaux, conservant ses éléments patrimoniaux est pour moi un élément crucial et c’est pour cela que cette première promesse sur une durée de 5 mois elle est extrêmement importante, parce qu’elle va pouvoir nous permettre avec l’ABF nous permettre de vérifier le respect de cette identité architecturale.

Le fait qu’il s’agisse d’une très grosse entreprise est plutôt un élément de garantie pour nous parce qu’évidemment porter un projet de cette ampleur il vaut mieux être en bonne santé. Je trouve que le fait d’être en bonne santé est plutôt un atout qu’un inconvénient et le fait d’avoir en face de sois quelqu’un qui est le plus gros promoteur du pays est plutôt un atout qu’un inconvénient lorsqu’on va lui demander quelque chose qui est très original: c’est-à-dire conserver l’identité architecturale du bâtiment de l’horloge. Et quand on regarde tous les projets qui sont arrivés sur Gudin depuis 10 ans lequel est capable de conserver la façade du bâtiment de l’horloge ? Et bien pas d’autres. Depuis 10 ans tout le monde est venu, Nexity est venue bien avant que l’agglomération ne soit propriétaire a contacté l’état pour examiner le sujet et tous les projets arrivés depuis 10ans lequel peut nous permettre de dire que nous allons conservé une façade en R+4 identique à celle du bâtiment de l’horloge? Il n’y a pas. C’est donc aussi une opportunité pour nous de conserver cette façade avec un projet permettant de conserver cette façade, alors que d’autres projets en R+4 ou R+5 qui sont sous les combles seraient très compliqués.

Sur le prix : “La première évaluation des domaines était à 4,6 millions, n’a signé 10 ans plus tard à 750 000. l’état va nous accordé une subvention ce qui fait que le prix net d’acquisition sera a peu près symbolique, donc vous êtes satisfait M Nottin, le prix d’acquisition net de subvention de l’État sera a peut près symbolique.
Je parle de Gudin dans son ensemble.

Ensuite, le prix de cette parcelle de 7 500 m2, vous dites, et là j’ai du mal à vous suivre que ça vaut 700 000. Mais les couts de démolitions des 2 bâtiments qui sont là et de restructuration sont évalués à 700 000. On a les devis, on peut vous les montrer. Et donc, le prix du terrain, oui, il vaut 700 000€, mais il y a 700 000€ de démolition dessus. À partir du moment où vous dites à Nexity, c’est à Nexity de prendre en charge la démolition, ben on vend le terrain, le prix du terrain nu c’est 700 000. Puis qu’ils vont prendre en charge les 700 000€ de démolition. Tout cela ce n’est pas nous tous seul qui le décidions, on est sous la supervision du service des domaines de l’état qui vient de valider le raisonnement que je viens de vous faire, ils ont analysé les devis de démolition, il y en a pour environ 700 000 de démolition restructuration, le terrain nu vaut 700 000 donc pris symbolique. Cette cession elle s’opère sous la validation du service des domaines à un prix qui est tout à fait cohérent par rapport au prix d’acquisition et elle concerne un foncier sur lequel il y a beaucoup de démolition. Sur Gudin, il y a par exemple sur Amilly des terrains à construire et là on n’aura pas à encourir des frais de démolition. Donc on ne peut pas affecter les 750 000 d’acquisition de Gudin uniformément sans tenir compte des bâtiments à démolir.
Donc le prix il est cohérent il a été validé par les services de l’état.
Mme Gabrielle, vous avez parlé des diagnostics, les diagnostics on les a réalisés pour l’acquisition, donc on les a. Les diagnostics amiante, pollution, bien sûr ils ont été faits dans le cadre de l’acquisition auprès de l’état. Donc on n’a pas trop de difficulté à les rendre disponibles, puisqu’on les a acquis il y a un an et demi. On les a encore, et ils sont encore valides les diagnostics, il n’y a pas de difficultés.

Sur la procédure,
il y a eu de multiples réunions, Benoit Digeon, le disait Gérard Dupaty a participé, Carole Butor aussi, de nombreux élus ont participé depuis 10 ans à de très nombreuses réunions de concertation sur Gudin. Il y’a eu une réunion publique à la salle des fêtes il y a 2 mois. Il y aura d’autres réunions, les 3 cabinets d’architecte, Benoit, vont rendre en octobre leurs propositions qui vont tenir compte comme indiqué dans le cahier des charges de cette résidence service de personne âgée.
Il y aura une discussion avec Nexity sur l’intégration paysagère sur la place d’armes qui va être réalisée par cette résidence service, donc il est extrêmement utile que ces 3 cabinets puissent travailler avec un opérateur qui a un véritable projet sur cette emprise plutôt que travailler à blanc sans savoir ce qu’il va y avoir.
Donc le fait que nous soyons en mesure de conserver la façade du bâtiment de l’horloge avec ce projet est un élément clé pour les 3 cabinets. Ils ne vont pas s’amuser à détruire le bâtiment de l’horloge. Les 3 cabinets vont intégrer le bâtiment de l’horloge, le conserver et on a fixé ça dans le cahier des charges, vous pouvez le lire, on veut la conserver, et on veut une résidence service personnes âgées. Il n’y a pas de surprise, les 3 cabinets sont en parfaite harmonie avec ce qu’ils ont répondu à ce cahier des charges et les 3 projets qui vont être présentés au public vont intégrer cette résidence service et donc il n’y a aucune problématique à ce que ces 3 projets l’intègrent.

Et pour répondre à M Gaboret, les accès à cette résidence service se feront principalement par la rue du 82ème RI, donc y a pas d’accès spécifique en dehors de la rue du 82ème RI qui sont déjà prévus et qui sont déjà acheté par la ville de Montargis et qui permette à cette parcelle d’accueillir finalement une forme d’accès autonome et indépendant par la rue du 82ème RI

En peut être pour terminer, sur Gudin dans son ensemble, je pense qu’on a un projet qui n’est pas du tout finalisé. Vous avez dit , vous allez nous décevoir, vous allez nous dépiter de la participation, moi je pense exactement l’inverse. Je pense que la participation elle va être d’autant plus intéressante qu’on arrivera avec des projets concrets intéressants, dessinés, des esquisses , des faisabilités, des choses qui ne sont pas juste des idées ne l’air. Et donc ce qui va être proposé à la concertation à la prochaine réunion c’est le fruit du travail des 3 cabinets qui comme cela a été indiqué à la salle des fêtes, qui vont intégré un certain nombre de paramètres et avancé, et ça ne sera pas juste une page blanche, voici Gudin, et il vont intégrer les besoins tels qu’ils sont recensés, telles que les réunions on les pu recensés. Il y a des groupes qui sont constitués , il y a un groupe qui a travaillé sur le port, celui qui a travaillé sur Gudin, c’est ce qui c’est appelé le comité consultatif, mais vous êtes tout à fait libre d’en constituer un autre, il n’y a aucune difficulté là dessus. Ces gens demandent des informations, on livre les informations de manière transparente, c’est ouvert, il y a un site internet les documents vous les télécharger, vous pouvez participer, donc la participation c’est ma conviction, mais je vous donne rendez-vous à la prochaine réunion, on verra si on est moins nombreux que les 500 personnes qui sont venues dans la salle des fêtes la dernière fois. Et on verra si ses personnes sont déçues par le travail des 3 cabinets d’architecte qui vont être présentés et par les projets ambitieux, vous allez voir qui vont être présentés sur Gudin.
Donc effectivement, je suis à l’inverse de votre position.

Moi je pense qu’on n’est pas en train de dégoûter les gens de participer, au contraire, on est en train d’alimenter la participation d’alimenter les projets par des plans par des schémas par des projets par des choses concrètes, par des esquisses par des acteurs intéressés par ces projets, ce n’est pas le tout de dire je veux faire une résidence service, mais est ce que quelqu’un est capable d’investir ? Voilà, donc on a des acteurs intéressés. Le CFA vous l’avez cité, et peut être vous choqué d’apprendre que le CFA, a commencé ses études, va commencé des projets d’implantation sur la droite sur la place d’armes en même temps que l’on fait la participation et le débat public. Donc on ne stoppe pas les acteurs en leur disant pendant 1 an n’allez pas voir Gudin, ne vous intéressez pas au sujet, on n’avancera pas du tout pendant 1 an. On avance en même temps que la programmation générale. Donc la participation, pour moi , le débat public ça ne signifie pas d’interrompre toute action durant toute la durée du débat public.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Share This