Browse By

Action cœur de ville

Intervention d’Edouard Weber lors du conseil municipal de Montargis le 16 novembre 2020 concernant l’action cœur de ville, les citoyens du montargois ne partagent pas les priorités de la majortié

Nous nous étions abstenus lors de la première convention “Action cœur de ville” . Pas sur la participation à ce programme lui-même, opportunité à saisir pour renforcer l’attractivité de notre centre-ville, mais parce que les constats et propositions faites alors relevaient d’une concertation avec trop peu d’acteurs (seule l’UCM était mentionnée!) et que nous émettions des réserves ou oppositions sur certains projets.

Le point d’étape que vous nous proposez ce soir (à la demande de l’Etat…) comporte des modifications par rapport à la convention de départ.

Nous nous réjouissons de voir que l’axe 1, portant sur l’offre d’habitat en centre ville, qui n’était que peu investi, s’enrichisse d’un projet d’amélioration de l’habitat sur l’axe Doumer-Déportés et le quartier gare. Faire venir des nouveaux habitants en centre-ville est pour nous un préalable indispensable à la revitalisation du centre-ville.

L’étude de faisabilité d’une plateforme logistique commune pour les commerçants du centre ville nous paraît également une idée intéressante. Pour la marketplace ou le “drive”, dont on peut effectivement sentir la nécessité en temps de confinement. Mais il faut absolument en profiter pour “verdir” le dernier kilomètre afin de limiter l’impact carbone des livraisons de marchandises et fluidifier le trafic en centre ville.

La création d’une foncière visant à l’acquisition de locaux vacants suite à la crise COVID, intégrant des fonds publics et privés interroge : comment fonctionnera-t-elle ?

Ce point d’étape confirme également pour nous des erreurs stratégiques de départ. 

  • Il y a trop de vacances commerciales à Montargis, le rapport figurant en annexe mentionne et annonce qu’il faudra privilégier certains axes (référence : ). L’échec de la halle Girodet est emblématique : Montargis a créé une friche commerciale sur fonds publics (600k€) en moins de 9 mois, un record !
  • L’EPLFI-Coeur de France a acheté de nombreux immeubles au nom de la ville, sans qu’aucune opération d’envergure annoncée avec tant d’enthousiasme avant les élections n’ait vu le jour. Vous nous parliez de PROCOS qui devait apporter des « locomotives commerciales ». Où en sommes-nous ?  Lors de la présentation de l’opération de la rue du Gal Leclerc, vous nous avez présenté la rénovation de logements à côté de la brasserie du Château. En 2 ans, rien n’a été fait. Toutes les opérations de réhabilitation de logements – pourtant discrètement mentionnées dans l’étude en annexe – sont conditionnées pour vous à la réalisation d’opérations commerciales de rez-de-chaussée. Et pourtant la question du logement devrait être prioritaire, toujours pour favoriser l’arrivée de nouveaux habitants
  • Par ailleurs, peu est dit sur les questions de circulation et de stationnement

– le sous-emploi flagrant des parkings Dorée et Hôtel de Ville,

– la prise en compte des besoins de stationnement pour les personnes venant tous les jours travailler à Montargis. Et cela concerne aussi le quartier gare et le quartier de la Chaussée. Il faudra des navettes spécifiques aux heures auxquelles arrivent les travailleurs, en cas de mise en place de parkings excentrés.

Dans la foulée, on pourrait prendre en compte les besoins d’accueil des cyclistes : pas seulement les cyclotouristes qui sont de plus en plus nombreux, mais aussi les usagers du quotidien dont le nombre doit croître. Il faut favoriser les alternatives à la voiture. Les pistes cyclables provisoires que la mairie envisage de mettre en place avec l’appui de l’AME pour le printemps prochain pourraient-elles être intégrées dans les plans d’aménagement du cœur de ville ?

Il ne faut pas oublier non plus la voiture électrique, amenée à se développer. Nous ne trouvons pas d’installation de bornes électriques en centre ville , où est la cohérence ?

  • Enfin, nous ne voyons toujours pas l’utilité du projet de passerelle Dorée-Pêcherie.

Pour ce budget, mieux vaudrait investir dans un centre de santé attractif, car la démographie médicale est aussi un facteur d’attractivité ou non d’un cœur de ville.

Nous continuerons donc à nous abstenir sur cette convention.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Share This